Doctorant•e•s

Liste des doctorant•e•s par ordre alphabétique :

Florence Bonifay

Titre du doctorat : Partage du champ littéraire : espace commun – espace propre. La Pléiade entre émulation, rivalité et animosité (1545 – 1590) (dir. Michèle CLÉMENT). – Thèse soutenue le 02/12/2016.

Objet : De la Deffence, et illustration de la langue françoyse (1549) au tombeau de Ronsard réuni par Binet (1586), la sociabilité littéraire mise en scène dans quelque trois cents recueils d’environ soixante-dix poètes est envisagée comme le support de constructions identitaires à la fois collectives et individuelles. En effet, le foisonnement des pièces de contact valorise l’émulation lettrée et donne de la visibilité à l’émergence d’un « champ poétique » où le positionnement de chacun est fait, tout à la fois, d’identification à des groupes et de différenciation pour défendre un style singulier. L’identité valorisée collectivement est celle de « Poète ». Dans un élan commun et à la suite de Marot, il s’agit de donner tout son prestige à ce « mestier » – dont la visibilité est favorisée par la publication imprimée – ainsi que de convaincre les grands de son utilité politique. L’étiquette fédératrice se subdivise en identités collectives aux contours plus restreints, par exemple autour d’un genre pratiqué (les « Amours »), autour d’une langue (« poëtes françoys »), ou encore autour d’une implantation géographique (les poètes du Clain, les poètes gascons, etc.). Ce morcellement s’accompagne de tentatives de classements de valeur. Cela provoque des mouvements d’humeur (des poètes de province contre le milieu parisien naissant, par exemple), voire des conflits (poètes nouveaux contre poètes vieux, poètes chrétiens contre poètes païens, etc.), ainsi qu’une démultiplication des figures de chefs de file. Dans le même temps, chaque auteur essaie de faire valoir sa singularité, notamment en développant l’ethos du poète solitaire ou du poète mélancolique, et s’attache à ouvrir des voies nouvelles, dans un mouvement collectif de valorisation de l’originalité. Entrent ainsi en tension la structure pyramidale hiérarchique et l’affirmation d’un droit à la différence qui rend inclassable.

Marjorie Broussin

Titre du doctorat : Images et imaginaires scolaires de la littérature française du XVIe siècle : constitution, modélisation et transmission d’un corpus canonique de la Renaissance (1880-2011) (dir. Michèle CLÉMENT) – Thèse soutenue le 01/07/2019.

Objet : De l’Histoire de la littérature française de Gustave Lanson, dont la première édition date de 1894, aux manuels de littérature pour les classes de lycée publiés en 2011, une même représentation de la Renaissance et de sa littérature parcourt les ouvrages scolaires et peint la période sous les traits d’un « beau XVIe siècle », moment de réveil des arts, des lettres et des sciences. Or, si cette image s’impose comme une évidence, à travers les mécanismes itératifs de la transmission, elle s’avère en réalité une construction dont l’évolution historique souligne la dimension fictionnelle de la notion même de siècle littéraire. Liée aux mécanismes propres à l’histoire littéraire, qui découpe et met en récit la littérature selon des visées institutionnelles, l’image scolaire de la littérature du XVIe siècle s’avère en effet l’aboutissement de phénomènes parallèles de sélection, de modélisation et de hiérarchisation des auteurs et des textes. La mise en œuvre de ces différents mécanismes se traduit d’une part par la constitution et la diffusion d’un corpus canonique de la littérature du XVIe siècle dans les ouvrages scolaires, et d’autre par la création dans le discours scolaire de figures classiques pour les écrivains et poètes du siècle. La conjonction de ces processus détermine dès lors un ensemble canonique hiérarchisé et un discours unifié, une doxa, qui servent de fondement à la représentation scolaire du siècle. Ce sont ces deux aspects constitutifs de l’image canonique de la littérature du XVIe siècle, la constitution du canon d’une part, la pérennité du discours scolaire d’autre part, qui sont analysés ici au moyen d’un large corpus d’ouvrages scolaires, étalé sur plus d’un siècle. Ce faisant, seront mis au jour les phénomènes de stabilisation et d’évolution de la doxa et du canon, en regard des mutations historiques et institutionnelles.La représentation canonique du siècle, de même que le canon des auteurs et des œuvres, se construit en effet en lien avec les impératifs institutionnels liés à la transmission de la littérature. Déterminant pourquoi et comment doit être transmise la littérature nationale, ces impératifs soulignent que les règles de sélection et de hiérarchisation des œuvres dans le canon sont édictées en fonction de visées politiques, sociales et idéologiques. L’étude de l’image scolaire de la littérature du XVIe siècle suppose dès lors d’interroger les valeurs et les représentations qui informent le discours des manuels et déterminent les formes prises par les représentations canoniques du siècle, afin de dégager les enjeux de l’imaginaire scolaire qui sous-tend cette vision.

Marie-Laurentine Caetano

Titre du doctorat : « Moi qui suis, ô Dieu, ton humble enchanteresse » Anthologie de la poésie spirituelle et féminine du XVIe siècle en français (dir. Michèle CLÉMENT) – Thèse soutenue le 31/05/2012.

Objet : Cette anthologie rassemble des poèmes spirituels et féminins du XVIe siècle pour proposer un parcours neuf dans la poésie de la Renaissance en sélectionnant des textes de femmes, en contrepoint aux textes d’hommes généralement mis en avant par l’histoire littéraire, et en choisissant la veine spirituelle qui se démarque de la veine amoureuse et pétrarquiste souvent mieux connue. Nous avons sélectionné des œuvres catholiques et des œuvres réformées, afin de donner la plus large vision possible de la vie spirituelle française du XVIe siècle. Notre anthologie s’accompagne d’une étude du corpus pour justifier nos choix et pour élucider les critères d’écriture au féminin, la notion de spiritualité et les pratiques des formes poétiques, tout en proposant un état de la recherche, prenant en compte les avancées les plus significatives en matière d’éditions de textes de femmes.

Cyril Chervet

Titre du doctorat : Le corps et ses enjeux philosophiques dans le théâtre de Molière (dir. Laurent THIROUIN)

Objet : Notre travail voudrait reprendre à la racine le problème du « sens » de l’œuvre de Molière en tentant de mettre au jour sa plus exacte consistance philosophique. Il ne s’agit pas de réduire à une collection de systèmes univoques et monosémiques une œuvre dont le sens est, par la nature même de son énonciation, « irréductible », ni de déployer seulement une série de ponts possibles entre Molière et quelques grands (ou moins grands) noms de l’histoire de la philosophie : par le biais du corps, notion dont la complexité et l’étendue permettent et imposent une grande ductilité du regard critique, nous espérons plutôt suivre l’élaboration mouvante et peut-être aléatoire d’une sagesse dont la forme semble sans cesse redéfinie par et dans les innovations de la dramaturgie. Parce qu’il est une des spécificités sémiologiques du mode d’expression choisi et exhaussé par Molière et que ce dernier n’imagine pas que l’on puisse saisir le sens de son œuvre sans se la représenter, au moins mentalement, dans son incarnation scénique, le corps peut servir de judicieuse porte d’entrée, à la fois formelle et conceptuelle, dans l’abord d’une série de questions cruciales posées par ce théâtre : celles-ci relèvent des domaines alors indissociables de la philosophie (la réflexion sur la Nature, la place du scepticisme hérité de Montaigne et passé par Charron et La Mothe le Vayer, le débat sur le corps autour des thèses cartésiennes), des sciences (l’évaluation de la référence mécaniste développée par la théorie et dans la pratique médicale), de la religion (l’empreinte du matérialisme lucrétien et la juste mesure d’une valorisation anti-chrétienne du corps), de l’éthique enfin (les droits et les devoirs du corps dans une société du paraître et du plaire, le rôle dévolu au pouvoir et à l’éducation dans la constitution d’un corps voulu conjointement honnête et naturel). C’est donc au muet de la communication théâtrale que nous voulons d’abord redonner la parole ; c’est aussi à cette réalité qui nous est à la fois intime et inconnue et que la majeure partie des philosophes, par défiance ou par impuissance, relèguent au second rang et tiennent pour l’ »autre » de la pensée : dans le cadre d’une représentation théâtrale dont il est en même temps le sujet et l’objet, le corps de Molière occupe lui une place centrale, à la fois instrument et empreinte de sa vision du monde, enjeu du renouvellement esthétique permanent de son œuvre et lieu de l’expression la plus complète de son rapport à la vie, à la société et au réel.

Laetitia Dion

Titre du doctorat : Histoires de mariage. Une contribution à l’histoire des formes narratives à la Renaissance : le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559) (dir. Michèle CLÉMENT) – Thèse soutenue le 09/02/2012.

Objet : Les études consacrées à la représentation du mariage dans les textes narratifs au XVIe siècle cherchent le plus souvent à mettre en rapport l’image du lien conjugal construite par les récits avec les débats de l’époque. Nous avons voulu combiner cette approche, relevant davantage de l’histoire des idées, à une analyse des formes littéraires en nous interrogeant sur le rôle joué par le thème du mariage dans les évolutions du genre narratif à la Renaissance. Nous menons notre enquête sur un ensemble de douze fictions narratives en prose, de composition française, écrites entre 1515 et 1559. Durant cette période, le mariage se trouve au cœur de nombreuses controverses théologico-politiques et les regards portés sur la vie conjugale se modifient. En nous appuyant sur un travail de contextualisation historique, nous croisons une approche thématique avec une réflexion sur la poétique narrative pour étudier la structuration des intrigues, la construction des personnages et les dispositifs didactiques et herméneutiques des textes. La comparaison de nos récits à d’autres œuvres – contemporaines ou antérieures, françaises ou étrangères – fait apparaître, au cours de notre période, un renouvellement de la matière narrative autour du mariage. L’accent mis sur certaines situations matrimoniales et les enjeux spécifiques qui leur sont associés à l’époque se révèlent être un ferment favorable à l’apparition de structures narratives innovantes. Le mariage joue en particulier un rôle déterminant dans l’orientation des récits brefs vers le genre de l’histoire tragique et dans l’apparition de formes romanesques originales à travers lesquelles on voit s’élaborer le genre du roman sentimental.

Christel Dupuy

Titre du doctorat : Le cardinal François de Tournon (1489-1562) mécène et humaniste. Un prélat et sa maisonnée dans la Rome du XVIe siècle (dir. Sylvie DESWARTE-ROSA) – Thèse soutenue le 12/03/2007.

Objet : Le cardinal François de Tournon (Tournon (?) 1489 – Saint-Germain-en-Laye 1562) fut l’un des hommes les plus influents de la scène politique française du second tiers du XVIe siècle. Étroitement lié à la politique menée outre-monts par la France, il se rendit à quatre reprises en Italie où il demeura en tout près de neuf ans, notamment à Rome. Cette thèse propose une étude des échanges culturels qui se développèrent sous la protection du cardinal dans le domaine des arts, des lettres et des sciences lors des séjours romains du prélat. Ces trois domaines correspondant à ceux auxquels Tournon apportait un intérêt particulier, leur étude permet de préciser le profil culturel du cardinal. Les résultats de cette recherche concernent essentiellement les années 1550 qui correspondent aux séjours les plus longs effectués par le cardinal à Rome. Rares étant les informations concernant les activités propres au cardinal de Tournon, notre recherche se fonde sur la reconstitution de la maisonnée du prélat et du réseau de sociabilité tissé dans les milieux romains par ce cercle. Dans cette perspective, nous avons porté un intérêt particulier à l’étude des Italiens tels que Donato Giannotti, Annibal Caro, Claudio Tolomei, Bernardo del Bene, Giovan Angelo Montorsoli qui bénéficièrent du soutien du cardinal lors des séjours romains de ce dernier. Outre les résultats concernant les activités auxquelles Tournon apporta sa protection, ce travail met en valeur le fonctionnement complexe de ce réseau où interfèrent rapports culturels et politiques.

Audrey Duru

Titre du doctorat : Dire je : augustinisme et rapport à soi dans la poésie spirituelle de langue française publiée entre Montaigne et Descartes (1580-1641) (dir. Michèle CLÉMENT) – Thèse soutenue le 10/09/2008.

Objet : Dans la mouvance des « études culturelles », ce travail conduit une lecture éthique de la poésie spirituelle. Le projet d’écrire un fragment de la « pré-histoire » du sujet et du moi, ainsi que du lyrisme, amène à examiner l’élaboration d’un rapport à soi pratique, voire réflexif, à travers l’énoncé poétique. L’énonciation poétique spirituelle offre-t-elle un dire je fondateur du sujet éthique (qui serait l’équivalent pratique du cogito spéculatif de Descartes, 1637, 1641) ? Un premier temps, intitulé « Poétique de soi », questionne les moyens verbaux et littéraires d’une telle élaboration de soi au tournant du XVIIe siècle. Une écriture marquée par la lecture de Denys l’Aréopagite joue de la crise herméneutique ouverte par le nominalisme, tout en l’utilisant en vue de faire signe et de référer, par l’énigme et le symbole dissimilaire, à un secret. Elle peut être inscrite dans les débats touchant une rhétorique de la personne et de la sincérité, dont sont à l’origine les rhétoriques ecclésiastiques d’Érasme et d’Augustin, relayées notamment par l’entreprise des Essais de Montaigne (1580). Un second temps, intitulé « Politique de soi », met au jour l’importance discursive d’un augustinisme méditatif, à partir de l’examen de la circulation et de l’imitation poétique de méditations augustiniennes apocryphes datant des XIe et XIIIe siècles. Ce courant diffère de l’augustinisme théologique articulé autour de la notion de justification. Nous relevons le rapport à soi qu’il établit aussi bien dans le contexte d’une énonciation mystique que d’une énonciation éthique néo-stoïcienne et questionnons les enjeux publics de la parole personnelle et de l’éthique privée. Elles indiquent une dépolitisation elle-même politique du sujet royal au tournant du XVIIe siècle.

Antonin Godet

Titre du doctorat : Le Parnasse des poètes français modernes de Gilles et Galliot Corrozet (1571, 1572, 1578) (dir. Michèle CLÉMENT). – Thèse soutenue le 13/11/2020.

Ming Chuan Hsueh

Titre du doctorat : Édition critique de « L’Honneste Femme », du Père Jacques Du Bosc (dir. Laurent THIROUIN). – Thèse soutenue le 20/03/2015.

Objet : Écrivain de la première moitié du XVIIe siècle, le Père Jacques Du Bosc est principalement connu par sa position favorable aux dames et pour sa polémique contre les jansénistes. Sous la protection de Richelieu, Du Bosc rédige, comme Faret et Grenaille, des œuvres concernant l’honnêteté afin d’établir des relations nouvelles entre les individus, à la Cour comme à la Ville. La question de l’honnêteté préoccupe beaucoup l’esprit du XVIIe siècle. Au cours du temps, la société cherche à connaître le « juste milieu » afin de s’approcher de cette qualité mondaine. Dans ce cadre, Du Bosc fut parmi les premiers à proposer un manuel destiné à enseigner aux deux sexes les moyens de parvenir au monde de l’honnêteté.
Ce projet se propose d’étudier le contexte historique de l’écriture de Du Bosc, ses positions vis-à-vis de l’honnêteté, et surtout ce que signifie pour lui une honnête femme. Quelles sont les qualités appréciées et quels sont les critères nécessaires pour entrer dans le commerce du monde ? Cette étude vise également à découvrir la culture dont le cordelier est imprégné. Le travail d’annotation nous permet de connaître les sources où il puise pour illustrer son ouvrage.
Ce projet vise également à découvrir la vie de Du Bosc, et l’influence de son statut religieux sur l’ensemble de ses ouvrages, et notamment sur L’Honneste Femme. Pour cet homme, nourri de l’enseignement de saint François de Sales, quels sont les principes pour « accommoder » la vie dévote à la société mondaine ? Y a-t-il un rapport avec sa position anti-janséniste ?
Enfin, l’édition critique rendra compte de l’évolution du texte maintes fois réédité au cours du XVIIe siècle : seront envisagées les différentes étapes de la rédaction et la question des privilèges, puis les textes des premières publications seront confrontés à l’édition corrigée de 1658.

Éléonore Langelier

Titre du doctorat : « Je veulx chanter de Dieu » : L’expérience lyrique chrétienne chez les poètes de la Pléiade (1550-1587) (dir. Michèle CLÉMENT). – Thèse soutenue le 10/09/2008.

Objet : Désireux de placer l’imitation des Anciens au cœur d’un projet littéraire novateur, les auteurs de la Pléiade, contrairement aux poètes évangéliques et baroques, ne se sont que rarement intéressés aux arguments chrétiens. Cette relative désaffection est révélatrice des rapports ambigus que pouvait entretenir la génération de 1550 avec la matière chrétienne, les principes esthétiques de ce nouveau sodalitium – de l’exploitation de la mythologie à la sacralisation de l’art poétique – contrevenant largement aux partis pris illustrés par la production religieuse du temps. Pourtant, l’inspiration chrétienne a joué un rôle significatif à la fois dans le « cheminement lyrique » singulier que constitue l’œuvre de chaque auteur et dans la constitution progressive d’une poétique à même de célébrer proprement le vrai Dieu. Depuis les sonnets de la seconde Olive jusqu’aux Prieres publiées par Jean-Antoine de Baïf en 1587, les pièces religieuses de la Pléiade se présentent comme autant de prises de position dans les différents débats qui scandent la seconde moitié du XVIe siècle, qu’il s’agisse de la remise en cause de la poésie profane propre aux années 1550-1558, de la crise politique née des conflits inter-confessionnels qui firent rage à partir de 1560, ou de la crise spirituelle ouverte par les massacres de la Saint-Barthélemy. Mais ces textes comportent également des spécificités sur les plans théologique, énonciatif et générique qui permettent de réévaluer, in fine, l’influence de ces expériences poétiques sur le lyrisme chrétien qui s’épanouit à la fin de la période.

Hélène Lannier

Titre du doctorat : Benoît Lecourt, un juriste humaniste à Lyon dans les années 1530-1550 (dir. Michèle CLÉMENT). – Thèse soutenue le 27/09/2018.

Objet : Le projet de thèse se situe au carrefour de deux disciplines : l’histoire du livre et l’histoire de la littérature française et néo-latine. Quoique souvent évoqué, Benoît Lecourt est mal connu des seiziémistes s’intéressant au milieu du livre lyonnais de la Renaissance. Originaire de Saint-Symphorien-le-château (aujourd’hui Saint-Symphorien-sur-Coise), Benoît Lecourt était juriste, curé et Chevalier de l’Église de Lyon. On le connaît aussi pour avoir publié à Lyon trois œuvres écrites en latin, notamment un commentaire juridique aux Arrêts d’Amours de Martial d’Auvergne qui fut réédité jusqu’au XVIIIe siècle. De plus, la bibliothèque de Benoît Lecourt constitue sans doute l’un des exemples les plus importants de bibliothèques lyonnaises privées et l’ensemble le plus homogène de reliures lyonnaises de la Renaissance. Ainsi l’étude prendra-t-elle la forme d’une monographie dans laquelle la vie, l’œuvre ainsi que la bibliothèque de Benoît Lecourt seront étudiées. Il s’agira de comprendre la place de cet auteur dans le milieu érudit et littéraire lyonnais de la première moitié du XVIe siècle ainsi que de proposer un modèle de fonctionnement de l’invention littéraire et un modèle de bibliothèque privée dans lesquels pourront se lire les interactions entre le monde de l’imprimerie, l’œuvre d’un auteur, les milieux de la création lyonnaise et les pratiques de lectures d’un particulier.

Émilie Le Borgne

Titre du doctorat : Éditer les « histoires orientales » de Guillaume Postel (dir. Tristan VIGLIANO).

Nicolas Le Cadet

Titre du doctorat : L’Évangélisme fictionnel : les Livres rabelaisiens, le Cymbalum Mundi, L’Heptaméron (1532-1552) (dir. Michèle CLÉMENT) – Thèse soutenue le 11/09/2009.

Objet : Les études consacrées à l’évangélisme français ont pris essentiellement trois directions. La première approche est scripturaire et consiste à isoler un certain nombre de citations ou de paraphrases bibliques chez tel ou tel auteur, afin de déterminer la substance d’une « doctrine » située dans un entre-deux confessionnel, loin de Rome comme de Genève (cf. M. A. Screech). La seconde approche, historique et thématique, se propose d’observer en diachronie la spiritualité évangélique à partir d’un thème fondamental comme celui de la mort (cf. C. Blum). La troisième approche, sémantique et stylistique, entend mettre au jour une « écriture concertée », un « idéolecte » évangélique (cf. I. Garnier-Mathez). Toutes ces approches se sont montrées productives, mais elles n’envisagent pas la spécificité des différents types d’imprimés évangéliques, et tout particulièrement le « trouble » que peut créer la médiation fictionnelle dans la présentation de ces idées et de ce langage partagés. Nous voudrions montrer que l’évangélisme se dévoile aussi à travers une utilisation de la fiction qui lui est propre. Les trois mondes fictionnels que sont les Livres rabelaisiens, le Cymbalum Mundi et L’Heptaméron nous permettront de dégager les traits caractéristiques d’un « évangélisme fictionnel ». Par delà leurs différences parfois très nettes, ces œuvres mettent en place certaines procédures fictionnelles communes, qui sont le fruit d’une même spiritualité évangélique, et qui les distinguent à la fois des productions dites « religieuses » de ce courant spirituel, mais aussi des œuvres de fiction non évangéliques de l’époque.

Maud Lejeune

Titre du doctorat : Répercussions du livre à figures lyonnais dans la production artistique allemande de la seconde moitié du XVIe siècle. Étude autour de l’œuvre de Virgil Solis et de Jost Amman (dir. Sylvie DESWARTE-ROSA). – Thèse soutenue le 18/02/2017.

Objet : Dans la première moitié du XVIe siècle, il est courant de noter des emprunts réalisés, au sein de la production typographique, par les artistes et les imprimeurs lyonnais auprès de leurs confrères vénitiens, bâlois ou nurembergeois. Or, par un curieux revirement, il semble que l’école de gravure de Lyon avec comme chef de file, Bernard Salomon, exerce une influence sur ses voisins dès les années 1550. On relève souvent en passant dans la littérature consacrée à l’art, les copies effectuées par Virgil Solis et Jost Amman, s’appuyant abondamment sur le corpus salomonien, pour prélever une composition entière, un motif plaisant ou simplement puiser une inspiration en reprenant une idée ou un thème. Notre objectif, dans cette recherche, est d’établir, d’évaluer et d’apprécier les rapports unissant ces productions. Quels fruits les artistes germaniques pouvaient-ils tirer de ces vignettes délicates, de ces petites figures élancées aux allures raffinées ?

Servane L’hopital

Titre du doctorat : Confrontation de la liturgie et du théâtre au XVIIe siècle : enjeux de la représentation (dir. Laurent THIROUIN). – Thèse soutenue le 11-12-2015.

Objet : L’étude de la querelle de la moralité au théâtre met en avant une hantise chez les moralistes et penseurs du XVIIe siècle : la dangereuse proximité des moyens de la liturgie et de ceux du théâtre. Les détracteurs ne cessent de réaffirmer l’impossible cohabitation de l’Église et du Théâtre, et refusent à ce dernier le droit de moraliser. Dans les Orationes du père Cellot, le comédien faisant sa défense laisse entendre une forte parenté entre la prédication et son art. On peut dès lors légitimement se demander quelle est la réalité des conventions liturgiques et théâtrales au XVIIe siècle, afin de comprendre les conditions de possibilité de ce rapprochement et de cette rivalité. Il s’agit de comprendre les enjeux théologiques, moraux, poétiques et dramatiques sous-jacents afin de pouvoir rendre compte de la ligne de partage entre ces deux pratiques. Nous espérons mettre en lumière les deux pactes, liturgique et théâtral, qui se mettent en place au XVIIe siècle, et sur lesquels les deux pratiques se sont développées parallèlement, et non plus, comme au Moyen-âge, en relation étroite. Un tel travail devrait apporter des éléments nouveaux sur les realia liturgiques et théâtrales. Il nous conduira à repenser la mimesis dramatique, par comparaison avec la manière liturgique d’agir le récit révélé. Enfin il pourra servir de base à des travaux ultérieurs sur l’influence de la liturgie dans la production dramatique, tant par les thèmes que par la structure.

Monica Marino

Titre du doctorat : Les Femmes dans le dialogue humaniste à la Renaissance (France–Italie, 1520-1590) (co-direction : Michèle CLÉMENT et Jean-Louis FOURNEL, (Paris 8), oct. 2007)

Objet : Diotime, Sophie et les autres : étude de la construction et de l’évolution du rôle de l’interlocuteur féminin dans le dialogue humaniste en France et en Italie. Le projet croise des thèmes d’études assez fréquentés par les spécialistes des lettres du XVIe siècle : la question de l’éducation des femmes entre la Renaissance et l’Age Classique et celle de l’émergence d’une pratique littéraire féminine s’imposant surtout en Italie et en France, parallèlement à la diffusion de l’imprimerie, au renouveau culturel humaniste et à l’essor des cénacles liés aux cours de l’aristocratie. On peut s’appuyer aussi sur de nombreux ouvrages critiques touchant les différents moments de la « querelle des femmes », et éclairant les différents discours et attitudes des auteurs qui se sont rangés d’un côté ou de l’autre, vis-à-vis de ce qui apparaît finalement la suite logique de la diffusion du thème de la « dignitas hominis« , celle de la dignité des femmes. Dans la perspective que l’on propose ici, on retrouvera ces problèmes dans l’essor d’un genre qui connaît un remarquable succès et dans son ouverture à la voix féminine.

Julie Ménand

Titre du doctorat : Le Père Jésuite François Garasse (1585-1631) (dir. Laurent THIROUIN). – Thèse soutenue le 26/11/2016.

Objet : Le Père Jésuite François Garasse reste un écrivain du premier XVIIe siècle assez connu et peu étudié en dépit de son abondante production polémique, publiée entre 1614 et 1626. Son œuvre est réputée illisible, par les valeurs qu’elle défend et la violence qu’elle déploie, par sa longueur et son manque de consistance, par son style même, enfin. Cependant, les travaux sur le libertinage ont conduit à s’intéresser à la figure du libertin telle qu’il la dessine dans sa Doctrine curieuse. De telles études invitent à reconsidérer le Père Garasse, qui apparaît comme le jésuite polémiste le plus lu et le plus connu entre 1617 et 1626, et comme un prédicateur à succès. L’ensemble de son œuvre, cependant, ne fait encore à ce jour l’objet d’aucune étude spécifique. Le Père Garasse, qui participe à l’ensemble des querelles de son temps, est étudié ponctuellement, de façon fragmentaire, et n’est que très peu analysé en tant que tel. Ce projet se propose d’inverser les perspectives, en s’intéressant au Père Garasse, non pas sous l’angle du libertinage ou du jansénisme naissant, mais sous l’angle qui est le sien, celui de la Réforme catholique et de ses combats, celui de la Compagnie de Jésus et de ses intérêts. Il s’agit d’envisager son œuvre polémique dans son ensemble et pour elle-même, d’un point de vue double, philosophique, théologique et moral d’une part, littéraire d’autre part ; il s’agit de s’attacher à établir s’il existe une pensée du Père Garasse, et à déterminer les formes par lesquelles elle s’énonce. Son œuvre, essentiellement polémique, est également à étudier dans le rapport qu’elle tisse avec les autres œuvres de son temps, qu’il s’agisse de rapports d’opposition, ou de filiation. Ce projet vise donc à mettre en perspective l’œuvre du Père Garasse, à la replacer dans le contexte de son époque, polémique et rhétorique, pour mieux en dégager la spécificité littéraire et philosophique.

Nina Mueggler

Titre du doctorat : Tensions locales et nationales dans les recueils composites français (1534-1548) (dir. Michèle CLÉMENT)

Ugo Pais

Titre du doctorat : Recherches de Christofle de Beaujeu : la poésie dans l’histoire. Édition critique des Amours (1589) (dir. Michèle CLEMENT) – Thèse soutenue le 11/09/2020.

Objet : L’œuvre de Christofle de Beaujeu a commencé à être redécouverte sous l’impulsion des anthologies de la poésie baroque de A.-M. Schmidt ou M. Raymond avant que G. Mathieu-Castellani ne lui fasse une place de choix dans ses ouvrage puis ne lui consacre un petit ensemble de textes intitulé Entouré de silence, en 1994. La présente édition critique des Amours de Christofle de Beaujeu, publié en 1589, entend achever de rendre accessible une œuvre poétique originale. L’accent a bien sûr été mis sur les outils de compréhension du texte (glossaire, index, etc.). L’introduction qui ouvre ce travail s’attache, en revanche, à mettre en avant la structure générale de ce volumineux recueil néo-pétrarquiste de 393 pièces : certaines élégies aux traits stylistiques particuliers rythment la succession des odes et des stances tandis qu’un ensemble de sonnets nommé le Torrent des sonets fait figure de canzoniere dans le recueil. Ce travail a aussi pour but de clarifier, autant que faire se peut, le parcours biographique singulier d’un auteur qui se revendique soldat et publie un volume de poésie dans l’un des moments les plus troublés des guerres de religion. Ch. de Beaujeu met en avant sa participation au conflit, créant dès lors un ethos original de poète-militaire qui mêle amour et guerre mais aussi poésie et histoire. En effet, s’il reprend et parfois réécrit Ovide ou Virgile, il utilise aussi, de manière plus surprenante, la traduction d’Amyot des Vies des hommes illustres de Plutarque. L’utilisation du matériau historique renforce la place de l’univers guerrier dans le recueil. Du côté des auteurs modernes, Beaujeu fait également de nombreux emprunts à la traduction d’Antoine Le Maçon du Décaméron de Boccace, jusqu’à utiliser des gravures de l’édition de 1548 du texte italien pour la page de titre des Amours. Cette édition critique tente ainsi de lever un peu plus le voile sur Ch. de Beaujeu et permettra d’approfondir le travail sur ces textes complexes et riches.

Charlotte Triou

Titre du doctorat :L’ordinaire de la création ». La composition des canzonieri comme exercice éthique chez les poètes français du XVIe siècle (1537-1590) (dir. Michèle CLEMENT)

Objet : Il s’agit d’étudier le genre du recueil d’« amours » dans ses périodes d’essor et de renouvellement maniériste chez les poètes français (Marot, Scève, Tyard, Du Bellay, Ronsard, Magny, Baïf, Peletier, Labé, Taillemont, La Haye, Grévin, D’Espinay, Jodelle, La Boétie, Desportes, Jamyn, De Brach, Hesteau, Romieu, Birague, Blanchon, Beaujeu, D’Aubigné…). Un paradigme générique se développe, fondé sur un isomorphisme des poèmes, un nom féminin unique, une hétérogénéité de ton, une absence de cohérence narrative ou logique, et un certain ethos de poète-amant au désir insatisfait. À travers des glissements métaphoriques entre le travail-souffrance de l’amant, fictif, et le travail-labeur du poète, réel, les poètes élaborent un ethos en contrepoint d’une mythologie de l’inspiration poétique. Les « amours » fournissent matière à un exercice rhétorique qui met en jeu indissociablement ethos et éthique. Or, si une position esthétique par rapport aux « pétrarquisants » pourrait se lire dans des poèmes précis dont c’est le sujet, une dimension éthique se lit en acte, dans l’ampleur, l’exigence, la teneur des recueils. Ainsi, il convient de faire porter l’analyse sur le travail continuel d’une forme brève choisie (dizain, douzain ou sonnet), afin de dégager les habitudes de composition qui sont l’« ordinaire de la création », ainsi que sur les mécanismes d’un exercice méditatif de réécriture dans les corrections et les continuations des recueils. Cette thèse vise à comprendre comment, au sein d’un dispositif éthique qu’ils s’approprient en discutant l’itinéraire de Pétrarque, les poètes créent pour eux-mêmes des dynamiques de perfectionnement poétique en exploitant des formularités qui leur sont propres.

Alexandre Vanautgaerden

Titre du doctorat : Érasme typographe. La mise en page, instrument de rhétorique au XVIe siècle. Co-tutelle Lyon 2 et Université libre de Bruxelles, sous la co-direction de Alain Dierkens (Bruxelles) et de Sylvie Deswarte-Rosa (Lyon 2) – Thèse soutenue le 05/02/2008.

Objet : Ce travail comporte 3 volumes : 1 (texte), 2 (illustrations), 3 (description de la bibliothèque d’Érasme et liste de ses éditions princeps). Le premier volume de texte étudie à la fois les rapports entre Érasme et ses imprimeurs et démontre comment cet humaniste a été l’un des premiers auteurs a participé activement à la production matérielle de ses œuvres, utilisant la mise en page et les différents éléments constitutifs du livre (page de titre, manchette, index, paragraphe, caractère typographique) pour tenter de maitriser la réception de son œuvre auprès de ses lecteurs. Ce travail contient trois parties: dans un premier temps, il suit Érasme pas à pas à la recherche d’un imprimeur idéal, puis à partir de 1514 et de sa rencontre avec Johann Froben à Bâle, il décrit les différentes formules utilisées par Érasme pour mettre en forme ses livres. Une troisième partie étudie les épîtres rédigées par ses imprimeurs. Elle montre que l’humaniste joue un rôle également important dans la revendication de ses imprimeurs à se présenter comme humanistes.

Aude Volpilhac

Titre du doctorat : Le « secret de bien lire » : morales de la lecture en France au XVIIe siècle (1626-1685) (dir. Laurent THIROUIN) – Thèse soutenue le 28/11/2008.

Objet : Les discours normatifs sur la lecture se multiplient au XVIIe siècle. L’inquiétude suscitée par la prolifération des « méchants livres » et par l’apparition de nouveaux publics dont on déplore l’incompétence est renforcée par la critique épistémologique de la lecture inaugurée par le cartésianisme. En même temps que s’établissent des catalogues qui prétendent décider de la valeur des livres s’élaborent des taxinomies de bons et de mauvais lecteurs qui visent à prévenir toute forme d’abus. La critique des livres se déporte alors spontanément sur celle du lecteur. L’on s’interroge ainsi sur sa compétence et sur sa part de responsabilité, qu’il s’agisse de la lecture sacrée, de la lecture savante ou de la lecture de divertissement. Pourtant, de nombreux auteurs s’efforcent de poser les fondements d’une réformation de la lecture qui procède de la nécessaire articulation de la connaissance de l’œuvre et de la connaissance de soi-même. Tous les discours prescriptifs convergent vers l’édification d’un modèle de lecture méditative où le jugement joue un rôle essentiel. L’exercice de la lecture y est apparenté à la faculté de juger, tant parce qu’il doit participer à l’apprentissage de l’art de penser que parce qu’il doit permettre à chacun d’élaborer ses propres règles de vie. Mais d’un côté, l’on accentue la dimension spirituelle et religieuse en fondant une herméneutique inspirée de saint Augustin, de l’autre est mis en valeur le rôle primordial qu’y jouent la raison et les lumières naturelles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search